À la prochaine fois

Il était une fois une femme. Une femme pleine d’idées et de couleurs dans la tête, et les doigts fourmillants de projets. Une femme qui se cherchait au milieu des défis du quotidien, étourdie par les appels de ses bambins et les hurlements de l’exigeante société. Une femme qui avait étudié plusieurs fois, dans plusieurs domaines, qui avait soif d’apprendre, de savoir, de savoir faire.

Cette femme, après avoir erré d’un intérêt à l’autre, jardin, crochet, design, trouva enfin son coup de cœur: la teinture. un artisanat qui joignait son amour de la fibre et du multicolore à sa préférence pour les tâches courtes. Elle se lança alors corps et âme dans son travail, fabriquant, réfléchissant, améliorant, imaginant, envahissant un peu aussi, sans s’en rendre compte ou vouloir le voir, son espace et sa vie. Celle de sa famille aussi.

Cette femme, c’est moi, bien entendu. Cette passion pour les folles couleurs, et les plus sages aussi, c’est la mienne, elle m’habite, elle me hante. Parfois, nous cohabitons dans l’harmonie et parfois, elle m’envahit comme un conquérant, détruisant le château de carte de mon quotidien sur son passage.

Dans ce château pas si beau mais tout à moi, il y a des habitants. Des petits bouts d’humains, et un grand aussi, que je chéris par dessus tout. Des petits bouts qui aiment bien les couleurs de maman, mais qui ont aussi besoin de murs plus solides, de bras plus présents.

Toute cette histoire pour vous annoncer que c’est la fin. La fin d’un chapitre, celui des Fibres Fantastiques tels que vous les connaissez, mais pas la fin de l’histoire. J’ai assez pédalé pour me trouver, que j’en ai oublié la plus belle des libertés que j’avais: être ici et maintenant, avec mes enfants, avec eux, par eux et pour eux.

Il y aura ici encore quelques objets à vendre, parfois, des projets spontanée ou des envies irrépressibles. Il y aura encore des rencontres mensuelles, sans laine à vendre, parce que j’aime trop tous les sourires que j’y retrouve pour fermer la porte sur cette partie de l’histoire. Il y aura encore ce blogue, mais il deviendra plus personnel, plus quotidien, moins centré sur mon métier.

En espérant continuer de vous rencontrer, en ligne ou en personne, pour partager nos passions, nos bonheurs et nos larmes aussi.

Je vous aime, vous avez été ma bouée, ma lumière, mon sauvetage. Maintenant, j’ai appris à nager, mais vous serez toujours dans mes souvenirs comme l’aventure qui a permis ma guérison.